DVD 5 et DVD 9 vierges

DVD±R simple & double couche Ø 12 cm & Ø 8 cm

 DVD 5 fiferana

Les DVD vierges se rapprochent au plus près des spécifications de leurs cousins préenregistrés DVD 5 et DVD 9 (et non des DVD 10, sans équivalent vierge) afin de leur être compatibles dans les lecteurs des clients finaux.

  • Les DVD-R et les DVD+R Ø 12 cm ont une capacité de 4,7 Go, comme les DVD 5.
  • Les DVD- R DL ont une capacité de 8,5 Go, comme les DVD 9.
  • Les DVD-R Ø 8 cm ont une capacité de 1,47 Go, comme les DVD 5 Ø 8 cm.

 

Ils ne sont pas réinscriptibles. Les premiers DVD-R simple couche et en diamètre Ø 12 cm sont apparus sur le marché en 1997.

 

Les DVD±R simple couche sont des DVD pressés qui, à la différence des DVD préenregistrés, n'ont pas reçu d'une matrice ("stamper") directement les données sous forme de plats et de cuvettes, mais seulement un sillon en forme de spirale, le "pregroove" destiné à guider les têtes de gravure et de lecture pour situer les pistes à graver et/ou à lire. Ensuite ils ont reçu une couche photosensible appelée "dye" avant la métallisation. Cette opération est effectuée sur un demi-disque de diamètre Ø 12 cm et d'épaisseur 0,6 mm.

 

Afin de retrouver la dimension standard des CD et des DVD, il est encollé un deuxième demi-disque contre la zone métallisée. Ce demi-disque est une simple galette transparente en polycarbonate, un "dummy", sans la moindre information. À part son rôle de compensation d'épaisseur, il sert à la réception de l'impression, directement, sans couche de vernis puisque la zone métallisée qui aurait pu être protégée est maintenant située à 0,6 mm, au centre du disque de Ø 12 cm et d'épaisseur 1,2 mm, à l'abri de la corrosion et des rayures.

Lors de la phase appelée "gravure" (certains disent "gravage") le rayon laser réglé en longueur d'onde "gravure" opère une inversion de la polarité des zones qu'il touche. Les zones touchées correspondent à une cuvette sur DVD standard, et donc au chiffre "zéro" et les zones laissées indemnes correspondent à un plat, et donc au chiffre "1". Dans les cas des DVD±R, l'inversion de polarité est définitive, si bien que les disques ne sont pas réinscriptibles.

Comme la zone contenant les pits est à 0,6 mm de profondeur (au lieu de 1,2 mm sur les CD), le "spot" du rayon laser peut être beaucoup plus petit, et il est alors possible d'augmenter considérablement la densité d'informations sur une même surface en réduisant la taille des pits et la distance entre pistes, si bien qu'une capacité de 4,7 Go a pu être atteinte (presque 7 fois plus élevée que celle d'un CD ou d'un CD-R).


La bataille de technologies des DVD vierges

Les premiers DVD vierges sont apparus en 1996 avec les DVD-RAM, logés dans des cartouches. Les DVD-R sont apparus 1 an plus tard, susceptibles d'être insérés dans des lecteurs/graveurs d'aspect standard, et bientôt capables de lire et de graver aussi bien les CD-R que les DVD-R. En 2002, est apparu un nouveau type, le DVD+R, offrant de meilleures capacités de corrections d'erreurs, mais exigeant d'autres graveurs. La bataille a été âpre entre les défenseurs de l'une et de l'autre technologie. Le marché ne sachant plus où donner de la tête, les 2 formats ont fini par devenir compatibles vers 2004 et les lecteurs/graveurs ont accepté indifféremment les 2 types de supports, qui ont fusionné sous la dénomination DVD± R. Mais les lecteurs de DVD video peuvent avoir encore des préférences pour l'un ou l'autre format, acceptant cependant la lecture du format non préféré, avec réserves.

Les DVD+R DL ("double couche" ou "double layer")

Les DVD±R simple couche ne comportent qu'un seul demi-disque métallisé et revêtu de dye, tandis que l'autre est une simple rondelle, un "dummy". Les DVD+R DL (double layer) ne comportent pas de dummy, mais un deuxième demi-disque métallisé et revêtu de dye. Les 2 couches métallisées ne sont séparées que par la colle.

 

La lecture distincte de chacune des 2 plages de données n'est possible que par l'emploi de métaux différents : la première couche est réalisée avec un métal semi-transparent, la deuxième avec un métal barrière. Le métal semi-transparent (qui est souvent de l'argent) se laisse traverser par un rayon laser d'une certaine longueur d'onde pour qu'il aille se réfléchir sur la deuxième couche barrière (souvent de l'or). Quand la longueur d'onde du faisceau laser change, le rayon se reflète sur la première couche, et les informations contenues dans le premier demi-disque sont lues.

 

Capacité des DVD+R DL

On pourrait penser que la capacité d'un DVD+R DL doit représenter le double d'un DVD±R, soit 2 fois 4,7 Go = 9,4 Go. Mais ce n'est pas le cas, car une plage importante doit être réservée à la zone de transition, dans laquelle le rayon laser change de longueur d'onde pour passer d'une couche à une autre. La capacité des DVD+R DL est de 8,5 Go.

 

Autres formats

À notre connaissance, il n'existe pas sur le marché de DVD+R DL en diamètre Ø 8 cm. Il n'existe pas non plus de DVD±R au format carte de visite, même si des tentatives ont déjà eu lieu, avec des taux de rebut importants.

 

Demande de prix ? Contactez-nous :